Douleur et mal de coude

En plus de la prévention, les gens consultent en chiropratique pour des douleurs au coude. Pour toutes incertitudes en cas de bursite, tennis elbow, golfeur elbow, cancer et autres problématiques plus grâves, nous vous invitons sans délai à consulter votre médecin. En rencontrant un docteur en chiropratique, celui-ci vous guidera vers le bon professionnel à rencontrer advenant que votre mal de coude ne soit pas reliée aux troubles musculo-squelettiques.

Qu'est-ce que le mal de coude?

Le mal de coude est un état douloureux pouvant provenir des os du coude, de l'articulation du coude ou des tissus attachés à cette dernière, comme par exemple les tendons. Tous ces éléments peuvent provoquer une douleur au niveau de la région du coude.

Il existe différentes affections pouvant provoquer des douleurs dans cette région. Les plus fréquentes et les plus connues sont généralement les blessures aux tendons, soit celles mieux connues sous le nom de «tennis elbow» et de «golfer's elbow» mais il existe également d'autres affections moins connues.

Les causes du mal de coude

La reproduction des mêmes gestes encore et encore peut parfois occasionner de petites blessures au niveau des éléments composant le coude, surtout s'ils sont forcés de manière tout à fait inadéquate. Comme la réparation des tendons effectuée par la production de fibres collagène ne rend pas la même qualité que le tendon original, l'élasticité des tendons se trouve alors considérablement diminuée par ces microtraumatismes.

  • Abus par des gestes trop répétitifs
  • Usure du coude
  • Irritation des nerfs avoisinant le coude
  • Inflammation des éléments du coude
  • Traumatismes (coup ou chute)

Les maux du coude peuvent être causés par de mauvaises habitudes ou de simples gestes répétitifs comme ils peuvent survenir suite à des maladies déjà présentes dans l'organisme provoquant des douleurs au coude variant de légères à très intenses.

Les symptômes du mal de coude

Dépendamment de la cause initiale du mal, les symptômes peuvent varier mais ils sont plutôt limités à la douleur située dans la région du coude.

  • Une douleur s'installe allant du coude vers l'avant-bras et irradiant jusqu'au poignet. Lors d'une poignée de main ou lorsque un objet est agrippé, la douleur s'accentue instantanément. Il arrive également que la douleur irradie lorsque le bras est immobile.
  • La région intérieure ou extérieure du coude est très sensible au toucher.
  • Il arrive également qu'il y ait une légère enflure au niveau du coude même si c'est plutôt rare.

Généralement, surtout dans les cas de maladies non inflammatoires, la douleur persiste allant de quelques semaines à quelques mois. Dans moins de 1% des cas, elle persiste plus d'un an.

La douleur au coude finit habituellement par s'estomper d'elle-même. Cependant, il arrive qu'une épicondylalgie mal soignée ou non soignée laisse cependant des lésions pouvant provoquer des douleurs chroniques qui sont alors beaucoup plus difficiles à soulager ou même à guérir.

Lorsqu'une douleur persiste trop longtemps, il est toujours préférable de consulter très rapidement. Même si le bras est conçu de façon très résistante assurant une grande flexibilité, le coude demeure très sensible aux abus. Si le coude se bloque et qu'il est difficile à déplier, même sans douleur; si un gonflement mou ressemblant à un œuf s'installe à la partie postérieure de ce dernier même sans douleur et qu'il ne se résorbe pas; si la douleur limite les activités quotidiennes et si la douleur est accompagnée de rougeurs, de gonflements, de chaleur et/ou de faiblesse musculaire, il est important de consulter rapidement.

Les personnes à risque au mal de coude

Dépendamment des situations et des affections inflammatoires ou non, certaines personnes sont plus prédisposées que d'autres, souvent par leur travail ou leurs activités, à développer des maux du coude. Certains facteurs sont également déterminants dans l'augmentation du risque de développer un mal de coude.

TRAVAILLEURS MANUELS
  • Menuisiers
  • Maçons
  • Opérateurs de marteaux-piqueurs
  • Ouvriers de chaînes de montage
  • Utilisateurs d'ordinateur
  • Travailleurs soulevant fréquemment des objets lourds (valises, caisses, etc.).
SPORTIFS
  • Joueurs de tennis professionnels ou amateurs
  • Personnes pratiquant un sport de raquette
  • Joueurs de golf
  • Lanceurs au baseball
  • Lanceurs de poids ou de javelot
  • Joueurs de quille
MUSICIENS
  • Joueur d'un instrument à cordes
  • Joueur de batterie
PERSONNES ÂGÉES DE 30 ANS

FACTEURS DE RISQUE

TRAVAIL – TRAVAUX DE RÉNOVATION OU D'ENTRETIEN
  • Cadence excessive empêchant l'organisme de bien récupérer entre les épisodes de travail.
  • Quarts de travail prolongés amenant la fatigue à gagner les épaules, l'organisme compensant alors par le muscle extenseur de l'avant-bras et le poignet.
  • Grande force utilisée par des mouvements de la main et du poignet.
  • Mauvaise utilisation d'un outil
  • Utilisation d'un outil inapproprié
  • Poste de travail mal conçu
  • Positions de travail inadéquates
SPORTS
  • Effort demandé à un organisme ne disposant pas d'une musculature suffisamment développée.
  • Mauvaise technique utilisée
  • Utilisation d'un mauvais équipement
  • Exécuter une activité trop fréquemment ou de façon trop intensive

Comment prévenir les maux du coude?

La prévention des maux du coude ressemble à bien d'autres méthodes préventives en matière de santé et de bien-être. Certaines préventions au quotidien comme au travail peuvent parfois faire toute la différence à long terme.

AU QUOTIDIEN

Faire de l'exercice physique stimulant le rythme cardiaque de façon régulière comme la natation, le vélo, la marche, la course, etc.

Consulter un spécialiste comme un thérapeute sportif, un éducateur physique, un kinésiologue ou un physiothérapeute afin d'apprendre à bien connaître les exercices nécessaires au renforcement des muscles fléchisseurs et extenseurs du poignet et les exécuter de façon régulière.

Bien s'échauffer par des exercices adéquats avant d'exécuter une activité sportive ou un travail./

Prévoir des pauses courtes mais fréquentes afin de relâcher fréquemment la tension s'installant progressivement lors du maintien d'un exercice, d'un travail ou d'une mauvaise posture.

AU TRAVAIL

Bien choisir les outils afin qu'ils soient adéquats au travail demandé et à la taille de l'ouvrier exécutant la tâche.

Effectuer une rotation dans les tâches de travail.

S'assurer de l'ergonomie de l'environnement de travail en faisant appel aux services d'un organisme spécialisé dans le domaine comme un ergothérapeute ou un ergonome par exemple.

ORDINATEUR

Pour le travail à l'ordinateur, éviter de casser les poignets pour taper sur le clavier ou lors de l'utilisation de la souris. Les appuis-bras ergonomiques sont généralement préférables aux repose-poignets, ces derniers amenant souvent une extension du poignet.

Il est préférable de travailler en gardant le dos bien droit et en s'appuyant bien sur le dossier de la chaise afin de prévenir le réflexe d'apposer tout le poids sur les poignets.

Privilégier le clic à la roulette de défilement de la souris afin de limiter l'effort demandé aux muscles extenseurs de l'avant-bras par le bouton de défilement.

Dépendamment de la souris, la configurer si possible selon l'utilisateur, c'est-à-dire que le bouton le plus utilisé pour les droitiers soit celui de droite et vice versa. Il est préférable d'utiliser l'index pour cliquer assurant ainsi à la main une position beaucoup plus naturelle.

SPORTIFS

Pour les professionnels comme pour les amateurs, il est préférable de faire appel à un spécialiste compétent, comme un entraîneur sportif, afin de bien apprendre les techniques efficaces et sécuritaires pour limiter les mauvais mouvements pouvant entraîner des douleurs non désirées. Également, l'entraîneur sportif peut très bien enseigner les divers exercices nécessaires aux étirements et au renforcement des tendons du coude.

SPORTS DE RAQUETTE

Bien choisir la raquette en fonction de la taille du joueur et de son niveau de jeu. La dimension du manche et le poids de la raquette sont très importants. Il est souvent préférable de consulter un professionnel.

Augmenter la cadence de jeu et l'entraînement de façon progressive.

Bien ajuster le cordage de la raquette afin d'éviter un cordage trop tendu accroissant le stress sur l'avant-bras.

Développer les muscles du tronc comme du haut du dos et en maintenir la force pour offrir une bonne puissance dans les épaules afin d'éviter de compenser par des mouvements attribuables aux poignets.

Toujours adopter une bonne posture pour frapper la balle.

Autant que possible, frapper la balle avec le centre de la raquette pour éviter que les vibrations ne soient absorbées par le coude ou le poignet.

En tout temps, privilégier les balles de tennis sèches.

GOLFEURS

Il est primordial d'apprendre la bonne technique dès le départ afin de prévenir l'épicondylalgie chez les joueurs. Il arrive souvent que juste avant l'impact du bâton sur la balle, soit à la fin du mouvement d'accélération, le stress sur le coude soit très puissant amenant alors, à la longue, un golfer's elbow. Il est toujours préférable de consulter un professionnel avant de débuter afin d'apprendre dès le début de l'entraînement la bonne façon d'exécuter tous les mouvements de base.

Idéalement, le champ de pratique est toujours le premier à visiter avant de véritablement entreprendre la partie.

Les saines habitudes de vie alliant alimentation saine et équilibrée à l'exercice régulier et aux bonnes habitudes de maintien et de posture sont souvent très efficaces pour faire toute la différence diminuant ainsi les risques de développer, à long terme, ce genre d'affection physique souvent bénigne mais plutôt douloureuse.

Références

  • Appelboam, A; Reuben, A D; Benger, J R; Beech, F; Dutson, J; Haig, S; Higginson, I; Klein, J A; Le Roux, S; Saranga, S S M; Taylor, R; Vickery, J; Powell, R J; Lloyd, G (2008). "Elbow extension test to rule out elbow fracture: multicentre, prospective validation and observational study of diagnostic accuracy in adults and children". BMJ 337: a2428. doi:10.1136/bmj.a2428. PMC 2600962. PMID 19066257.
  • Palastanga, Nigel; Soames, Roger (2012). Anatomy and Human Movement: Structure and Function (6th ed.). Elsevier. ISBN 9780702040535.
  • Ross, Lawrence M.; Lamperti, Edward D., eds. (2006). Thieme Atlas of Anatomy: General Anatomy and Musculoskeletal System. Thieme. p. 240. ISBN 3131420812.
  • Van Roy, P; Baeyens, JP; Fauvart, D; Lanssiers, R; Clarijs, JP (2005). "Arthro-kinematics of the elbow: study of the carrying angle". Ergonomics 48 (11–14): 1645–56. doi:10.1080/00140130500101361. PMID 16338730.
  • American Botanical Council, publié en collaboration avec Integrative Medicine Communications, États-Unis, 2000.
  • National Library of Medicine (Ed). PubMed, NCBI. [Consulté le 3 mars 2011]. www.ncbi.nlm.nih.gov
  • UpToDate Inc. Patient Information – Elbow tendinopathy (tennis and golf elbow), UpToDate. [Consulté le 3 mars 2011]. www.uptodate.com
  • Mayo Foundation for Medical Education and Research (Ed). Diseases & Conditions – Golfer’s elbow, MayoClinic.com. [Consulté le 3 mars 2011]. www.mayoclinic.com
  • En collaboration et révisé par :

    Dr Maxime Saint-Denis, Clinique chiropratique Charlesbourg
    Publication :

    11 avril 2014