Souffrir d'une hernie discale

L'hernie discale est une saillie anormale d'une portion d'un disque intervertébral situé dans le canal rachidien de la colonne vertébrale. La région la plus touchée par ce problème est généralement celle du bas du dos, soit la région lombaire, cette dernière étant beaucoup plus réquisitionnée que le reste de la colonne vertébrale. Les douleurs peuvent grandement varier d'un patient à l'autre dépendamment de la région atteinte par la hernie discale.

Qu'est-ce qu'une hernie discale?

L'hernie discale est une saillie anormale d'une portion d'un disque intervertébral situé dans le canal rachidien se produisant généralement entre la quatrième et la cinquième vertèbre lombaire ou entre la cinquième vertèbre lombaire et le sacrum.

La colonne vertébrale, également appelée le rachis ou la colonne rachidienne, est constituée de petits os; les vertèbres. Entre les vertèbres, on retrouve de petits disques de cartilage dont l'intérieur est gélifié et plutôt mou tandis que l'extérieur est plus dur. À l'intérieur de la colonne, on retrouve également le canal rachidien qui est formé d'un faisceau de nerfs servant à transmettre les informations au cerveau par les racines nerveuses sortant tout le long du rachis. Ces multiples embranchements interviennent donc dans diverses parties du corps humain.

Les disques de la colonne rachidienne sont les amortisseurs de la colonne vertébrale facilitant du même coup la flexion de cette dernière tandis que les nerfs informent le cerveau des différentes activités se produisant autour de la colonne vertébrale et ailleurs dans l'organisme humain.

Lorsqu'un disque s'affaiblit, il peut se fissurer ou se rompre laissant la partie interne plus molle, soit le noyau gélatineux du disque, faire irruption hors de sa position habituelle. Une fois l'irruption produite, une compression peut s'effectuer sur certaines racines nerveuses provoquant de l'inconfort, de l'insensibilité ou de la douleur plus ou moins intense selon le cas.

Il existe normalement un espace entre le canal rachidien et le disque. Selon la saillie en question, si elle comprime une racine nerveuse, elle provoque souvent de la douleur. Dans le cas contraire, si la saillie ne dépasse pas le petit espace entre le disque et le canal rachidien, elle ne provoque alors aucune réaction et reste totalement inaperçue.

Toute la région du rachis peut être touchée par une hernie discale. Cependant la région la plus touchée par ce problème est généralement celle du bas du dos, soit la région lombaire. Cette dernière étant beaucoup plus réquisitionnée que le reste de la colonne vertébrale, les disques s'y affaiblissent plus rapidement qu'ailleurs sur toute la région rachidienne.

La hernie discale peut provoquer différentes douleurs à différents endroits comme par exemple, une compression au niveau lombaire provoquera une lombalgie douloureuse tandis qu'une douleur dans la jambe peut être provoquée par une compression au niveau de l'une des racines du nerf sciatique, il s'agit alors d'une sciatique.

Quelles sont les causes?

La dégénérescence des disques de la colonne rachidienne est une cause fréquente pour le développement d'une hernie discale.

Outre la dégénérescence des disques de la colonne vertébrale, il existe d'autres facteurs potentiels pouvant éventuellement amener une hernie discale :

  • Mauvaises chutes
  • Efforts répétés
  • Soulèvement fréquent d'objets lourds d'une mauvaise façon
  • Excès de poids corporel
  • Grossesse (excès de poids)
  • Tabagisme
  • Anomalies génétiques amenant une faiblesse héréditaire de la structure vertébrale
  • Négligence du dos de façon fréquente
  • Masse musculaire faible
  • Mauvais mouvements à répétition

Qui sont les personnes à risque?

Les efforts physiques fréquents causent souvent l'affaiblissement des disques. Les hommes sollicitant davantage leur force physique par le sport ou par le travail, les individus les plus touchés par la hernie discale sont surtout des hommes généralement âgés entre 35 et 55 ans.

Ce qui est certain, c'est qu'à mesure que l'être humain avance en âge, les disques de la colonne vertébrale deviennent de moins en moins flexibles augmentant ainsi le risque de lésions au niveau du rachis de façon considérable.

Quels sont les symptômes?

Les symptômes peuvent grandement varier d'un patient à l'autre dépendamment de la région atteinte par la hernie discale. Pour certains, la hernie passe totalement inaperçue tandis que pour d'autres, la douleur est très intense même parfois jusqu'à devenir totalement insupportable au moindre mouvement.

Il existe cependant différents symptômes pouvant guider le docteur sur un diagnostic de hernie discale. Les symptômes peuvent également parfois se diversifier dépendamment de la région où se situe la hernie discale.

Peu importe la région où se situe la douleur, elle augmente généralement d'intensité lors de la toux, le rire et l'éternuement. Selon la grosseur de la hernie discale, une douleur peut aussi être provoquée par la miction ou la défécation.

La hernie discale peut provoquer de la douleur comme elle peut également provoquer d'autres symptômes :

Amyotrophie
Diminution de volume du muscle et grande faiblesse musculaire.
Anesthésie
Disparition ou absence totale de toute sensibilité.
Paresthésie
Picotements, fourmillements, piqûres, brûlures, engourdissements.
Parésie
Paralysie incomplète ou légère du muscle amenant ainsi la diminution de la force musculaire menant vers une faiblesse musculaire.

Selon la région où est située la douleur ou les autres symptômes, la hernie discale peut alors provoquer :

Dorsalgie (muscle du dos)
La douleur ou l'inconfort se situe à la hauteur de la région dorsale de la colonne rachidienne. La position assise, debout ou couchée sur le ventre intensifie grandement la douleur.
Lombalgie
L'inconfort ou la douleur se situe dans la région lombaire, c'est-à-dire dans le bas du dos.
Sciatique
Une douleur ou autre symptôme s'installe dans la jambe ou la cuisse suite à la compression de la racine du nerf sciatique par la saillie du disque.
Cruralgie
La douleur ou l'inconfort est spécifiquement localisée dans la cuisse.
Névralgie cervico-brachiale
L'inconfort, la douleur ou tout autre symptôme s'installe dans la région du cou (cervicale) ainsi que dans les membres supérieurs. Cela débute souvent dans un bras, au niveau du haut de l'omoplate et de l'aisselle, pour ensuite descendre le long du bras allant même parfois jusqu'aux doigts. Le tout peut également débuter à la pointe de l'épaule affaiblissant ainsi les muscles du bras rendant les mouvements de la main et des doigts plus difficiles.

Pour plus d'information, n'hésitez pas à consulter votre chiropraticien pour une bonne prise en charge de votre dos.

Comment prévenir la hernie discale?

Garder un dos bien en santé protège la colonne vertébrale et diminue ainsi le risque d'éventuellement souffrir d'une hernie discale comme il diminue également le risque de récidive.

Un mode de vie sain est la prévention par excellence pour tous mais pour éliminer les risques de provoquer une hernie discale, il existe certaines mesures simples et saines pouvant être mises à exécution de façon régulière :

Mode de vie sain et équilibré

Faire régulièrement de l'exercice et toujours bien s'échauffer avant de commencer.

Exercer la musculature du tronc cérébral en faisant travailler les abdominaux et en favorisant certains exercices précis sollicitant les muscles soutenant la colonne rachidienne afin de les rendre plus forts et plus résistants. Pour faire travailler ces muscles plus profonds de la région vertébrale, il est cependant préférable d'obtenir les conseils d'un professionnel comme le kinésiologue, le physiothérapeute ou tout simplement, un bon entraîneur afin d'éviter les blessures par manque d'expérience.

Maintenir son poids santé en tout temps en se nourrissant de façon saine et équilibrée. Apprendre à relaxer et à bien relâcher toutes les tensions musculaires touchant l'organisme. Éviter le tabagisme ou diminuer de façon considérable la consommation de tabac.

Habitudes de posture

Prendre conscience en tout temps de la bonne posture à adopter en tenant le dos bien droit, en maintenant les épaules vers l'arrière et en gardant le regard bien droit pour maintenir la tête droite en tout temps.

Lors d'un soulèvement, prendre l'habitude d'éviter les mouvements de torsion et ne pas incliner le torse. Fléchir les genoux en s'accroupissant toujours en gardant le dos bien droit. Toujours tenir l'objet près du corps en se relevant pour éviter la torsion ou pour éviter de limiter l'impact du poids aux bras seulement.

Lors d'un épisode de pelletage, il faut s'assurer de garder le dos le plus droit possible en pliant les genoux et en plaçant la main tout près de la plaque de la pelle. Si la charge est lourde, il est alors préférable de se servir du genou comme levier. Il faut à tout prix éviter la torsion du dos en rejetant la pelletée.

Habitudes au travail

En position debout, utiliser un tabouret bas pour y déposer le pied en alternant à tour de rôle environ toutes les 5 à 10 minutes.

En position assise, au volant d'un véhicule par exemple ou au bureau, il est important de se dégourdir fréquemment et de s'étirer doucement en s'accordant de petites périodes de repos.

Utiliser de préférence une chaise à dossier droit soutenant bien le bas du dos.

Utiliser une chaise ajustable afin de pouvoir ajuster la hauteur en conséquence ou utiliser un tabouret pour que les genoux soient en tout temps un peu plus hauts que les hanches.

Pour limiter les mouvements de torsion, il est préférable d'utiliser une chaise pivotante.

Petits trucs

  • Limiter l'usage du sac à main, privilégier le sac à dos.
  • Utiliser les deux épaules lors de l'utilisation d'un sac à dos.
  • Plutôt que de tirer, pousser les objets lourds avec le corps.
  • Limiter l'usage des souliers à talons hauts ayant plus de 5 cm (2 pouces)
  • Utiliser fréquemment des chaussures bien ajustées au pied et offrant un bon soutien.
  • Privilégier les chaussures à talons ayant moins de 5 cm (2 pouces) le plus souvent possible.

Un simple mauvais mouvement, surtout en vieillissant, peut provoquer une hernie discale dû à l'assèchement des disques vertébraux avec l'âge. Un exercice régulier, une alimentation saine et équilibrée et un mode de vie sain favorisent grandement la santé des disques de la colonne vertébrale comme du reste de l'organisme prévenant ainsi plusieurs maladies et réduisant ainsi le risque de les développer.

Avertissement : Le contenu diffusé sur ce site web ne sert qu'à des fins d'information et ne remplace pas une consultation avec un professionnel de la santé.
Collaboration et révision :
Dr Guillaume Toupin, chiropraticien - Clinique Solutions Discales
Dr Fadi Ainmelk, chiropraticien - Centre Chiropratique Familial Chemin Sainte-Foy
Date de publication :
Février 2014
Références :
  • Gerald L. Burke. "Backache: From Occiput to Coccyx". MacDonald Publishing. Retrieved 2013-02-14.
  • Robert E Windsor (2006). "Frequency of asymptomatic cervical disc protrusions". Cervical Disc Injuries. eMedicine. Retrieved 2008-02-27.
  • Ernst CW, Stadnik TW, Peeters E, Breucq C, Osteaux MJ (Sep 2005). "Prevalence of annular tears and disc herniations on MR images of the cervical spine in symptom free volunteers". Eur J Radiol 55 (3): 409–14. doi:10.1016/j.ejrad.2004.11.003. PMID 16129249.
  • Peng B, Wu W, Li Z, Guo J, Wang X (Jan 2007). "Chemical radiculitis". Pain 127 (1–2): 11–6. doi:10.1016/j.pain.2006.06.034. PMID 16963186.
  • McCarron RF, Wimpee MW, Hudkins PG, Laros GS (Oct 1987). "The inflammatory effect of nucleus pulposus. A possible element in the pathogenesis of low-back pain". Spine 12 (8): 760–4.
  • Sommer C, Schäfers M (2004). "Mechanisms of neuropathic pain: the role of cytokines". Drug Discovery Today: Disease Mechanisms 1 (4): 441–8. doi:10.1016/j.ddmec.2004.11.018.
  • Waddell G, McCulloch JA, Kummel E, Venner RM (1980). "Nonorganic physical signs in low-back pain". Spine 5 (2): 117–25. doi:10.1097/00007632-198003000-00005. PMID 6446157.
  • Ghahreman et al, Pain Medicine 2010; 11: 1149-68.
  • Abbasi A, Malhotra G, Malanga G, Elovic EP, Kahn S (Sep 2007). "Complications of interlaminar cervical epidural steroid injections: a review of the literature". Spine 32 (19): 2144–51.
  • Leininger B, Bronfort G, Evans R, Reiter T (2011). "Spinal manipulation or mobilization for radiculopathy: a systematic review". Phys Med Rehabil Clin N Am 22 (1): 105–25.
  • Oliphant, D (2004). "Safety of Spinal Manipulation in the Treatment of Lumbar Disk Herniations: A Systematic Review and Risk Assessment". Journal of manipulative and physiological therapeutics 27 (3): 197–210. doi:10.1016/j.jmpt.2003.12.023
  • Stern, Scott D.; Adam S. Cifu, Diane Altkorn (2006). "Back Pain". In Janet Foltin, Harriet Lebowitz, Karen Davis. Symptom to Diagnosis: An Evidence-Based Guide. New York: Lange Medical Books/McGraw-Hill. pp. 67–81. ISBN 0-07-146389-5.
  • Peul WC, van Houwelingen HC, van den Hout WB, et al. (2007). "Surgery versus prolonged conservative treatment for sciatica". N Engl J Med. 356 (22): 2245–56. doi:10.1056/NEJMoa064039. PMID 17538084.
  • Gąsiorowski, A. (Dec 2012). "The role of weight training in treating farmers with lumbar discopathy.". Ann Agric Environ Med 19 (4): 817–20. PMID 23311814.
  • Marrone, Lisa (2008). Overcoming Back and Neck Pain. Harvest House. p. 37.
  • Marrone, Lisa (2008). Overcoming Back and Neck Pain. Harvest House. p. 31.
  • Lisi AJ, Holmes EJ, Ammendolia C. High-velocity low-amplitude spinal manipulation for symptomatic lumbar disk disease: a systematic review of the literature, J Manipulative Physiol Ther. 2005;28(6):429-42.
  • Jordon J, Shawver Morgan T, Weinstein J. Herniated lumbar disc. Clin Evid. 2005(13):1445-58.
  • Cherkin DC, Sherman KJ, et al. A review of the evidence for the effectiveness, safety, and cost of acupuncture, massage therapy, and spinal manipulation for back pain. Ann Intern Med. 2003;138(11):898-906.
  • Oliphant D. Safety of spinal manipulation in the treatment of lumbar disk herniations: a systematic review and risk assessment. J Manipulative Physiol Ther. 2004;27(3):197-210.